Retour

La restauration de la Maison Carrée

Elle a débuté en 2006 pour s’achever fin 2010, sous la direction de l'architecte en chef des monuments historiques, avec un comité scientifique composé d’experts, d'historiens, d'archéologues, de spécialistes de la pierre. C'est la plus vaste restauration de son histoire.

Histoire des restaurations

Avant le XXIè siècle, la Maison Carrée a connu plusieurs campagnes de restauration, témoignant d’une volonté précoce de lui restituer son aspect antique.
Le bâtiment actuel en est ainsi le résultat.

XVIIe siècle : Louis XIV entreprend de redonner une apparence de temple antique à la Maison Carrée : les maisons accolées et les parties habitables à l’intérieur sont détruites, un escalier est construit en façade et les ouvertures côté est sont bouchées. Le monument retrouve une vocation cultuelle.

XVIIIe siècle : Après avoir déchiffré la dédicace romaine, le savant nîmois Jean-François Séguier entame une restauration du site : il restitue le toit du pronaos, restaure la corniche et le fronton.

XIXe siècle : Victor Grangent restitue le podium dans sa hauteur d’origine et complète l’escalier. Il aménage les abords et met à jour les vestiges de l’ancien portique.

XXe siècle : La toiture est refaite en tuiles plates et rondes, à la mode antique.

  • XVIIesiècle : premiers travaux sous Louis XIV
  • Le monument retrouve une vocation cultuelle
  • XVIIIesiècle : Jean-François Séguier entame une restauration du site
  • Moulage en plâtre
  • XIXesiècle : Victor Grangent restaure les escaliers et aménage les abords
  • XXesiècle : La toiture est refaite en tuiles plates et rondes

2006-2010 La restauration des façades


« Le temps lui-même ne conserve rien : il ne fait qu’altérer, détruire, dissoudre. Depuis l’Antiquité, c’est à dire depuis deux mille ans, les hommes qui ont vécu à Nîmes autour de la Maison Carrée, ou qui en ont eu, d’une façon ou d’une autre, la responsabilité, ont ainsi assuré cette transmission, parce qu’ils ont voulu, n’en doutons pas, qu’il en soit ainsi. »

Olivier Poisson,
Conservateur général du patrimoine - Ministère de la Culture et de la Communication

L’objectif de cette restauration : respecter l’esprit de construction initial, par le choix de matériaux antiques, mais aussi par l’utilisation de techniques modernes voire novatrices, pour une restauration douce mais efficace.

Restauration de la Maison Carrée
Un travail d’orfèvre

Restauration de la Maison Carrée
Un travail d’orfèvre

Restauration de la Maison Carrée
Un travail d’orfèvre

La restauration en chiffres

  • heures de travail
  • greffes
  • blocs de pierre

Une mobilisation de savoir-faire

Sous l’expertise de l’architecte en chef des Monuments historiques et sous le contrôle du ministère de la culture, ont été à l’œuvre plus de trente techniciens et ouvriers : tailleurs de pierre, sculpteurs, restaurateurs, couvreurs zingueurs, peintres.

Une restauration au millimètre

Plusieurs techniques ont été utilisées pour ne pas altérer la pierre d’origine : le micro-gommage, le nettoyage au laser, la sculpture.

Vous souhaitez en savoir plus sur la restauration de la Maison Carrée ?