Retour

Le secteur sauvegardé de Nîmes et ses abords

Le centre historique de Nîmes, « l’Ecusson », est un véritable musée à ciel ouvert


Un résultat que l’on doit en bonne partie au soin qui est pris, depuis plusieurs décennies, à réhabiliter les façades. 60 % d’entre elles ont été traitées depuis 1985.

Place du chapitre
Nîmes

Place du marché
Nîmes

Hôtel particulier
Nîmes

Nîmes possède à mes yeux l’un des secteurs sauvegardés de France les mieux entretenus

déclarait en février 2013 Yves Dauge, président de la Commission Nationale des Secteurs Sauvegardés, lors de la célébration des 50 ans de la loi Malraux. Un texte qui initia la sauvegarde des centres anciens.

Chaque coin de rue, chaque cour intérieure recèle le témoignage des différents visages historiques de Nîmes, tour à tour romaine, médiévale, protestante, capitale de la soie. Une volonté active d’embellissement qui n’est pas incompatible avec la modernité et ses formes d’architecture, si tant est qu’elle respecte la trame de l’histoire et les séquences urbaines qui en découlent. C’est également un enjeu de dynamisme important pour le commerce en centre ville et le tourisme culturel, moteur de l’économie locale.

Cette action de sauvegarde se propage désormais aux abords de l’Ecusson


Ces faubourgs aux architectures parfois remarquables sont les témoins d’une histoire plus récente de Nîmes. Des actions ont ainsi été entreprises sur les îlots encadrant l’avenue Feuchères, entre la rue Cité Foulc et la rue Carnot. Le quartier Nord Gambetta fait également l’objet de mesures de protection plus strictes.
Enfin, l’extension du périmètre du secteur sauvegardé est à l’étude afin de renforcer, ici aussi, la préservation du patrimoine bâti conformément au plan de sauvegarde et de mise en valeur.

Le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du secteur sauvegardé


Depuis sa création en 1985, le Secteur Sauvegardé abrite un ensemble d’édifices privés et publics, sur une surface de 41 hectares. Il assure la conservation, la restauration et la mise en valeur de l’espace urbain, de son architecture, notamment celles des façades d’immeubles et devantures commerciales. Il signale les biens protégés au titre des Monuments Historiques, et ceux dont la démolition pourra être imposée à l’occasion d’un aménagement. La mise en place d’un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Secteur Sauvegardé, en 2007, a permis le traitement de plus de 850 façades. La surface couverte par le Plan de Sauvegarde doit être étendue, ce qui renforcera encore la protection de l’exceptionnel patrimoine nîmois.